Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , ,

Lorsque vous entendez la majorité des jeunes parler de leur avenir, c’est avec une affirmation quasi certaine de succès grandiose. Tandis que les filles disent comment elles traiteront leurs employés de maison, les garçons épiloguent sur les marques de voitures qu’ils posséderont. Bref, c’est avec une conviction de grandeur, une foi en leur avenir glorieux, une vision d’un aboutissement heureux que les jeunes envisagent leur avenir. Cette conviction est tellement grande chez certains qu’ils en viennent même à penser que la grandeur est une destination à laquelle Dieu lui-même les a prédestiné le jour de leur conception, et que ce n’est qu’une question de temps pour qu’ils y arrivent. Pour la majorité d’entre eux, ils ne savent pas comment ils deviendront de grands Hommes, mais tout ce qu’ils savent c’est qu’ils le deviendront… Illusion grandeur
Pour ma part, j’ai entendu un homme dire un jour que, « lorsqu’on est jeune, on a un potentiel infini, tous les espoirs nous sont permis, jusqu’à ce qu’on arrive à un âge où ce qu’on aurait pu être cède la place à ce qu’on n’a pas été… ». Paroles d’un homme en proie au désespoir ou paroles d’un homme en proie à l’expérience ? Quoiqu’il en soit, ces paroles nous décrivent parfaitement le parcours de beaucoup d’êtres humains qui ont cru en leur capacité d’accomplir de grandes choses, mais, qui ont été accomplis par le concours des circonstances. Croyaient-ils en des capacités illusoires ? Je pense que non !

Non, car les jeunes sont pleins d’énergies, d’imagination, de prédisposition à penser librement, donc à innover. Les jeunes sont pleins de talents encore inexplorés, ils ont du temps à en revendre, ils sont au contact du savoir et des cultures. Les jeunes sont au carrefour des opportunités, ils sont au début de leur chemin mais ont l’occasion d’apprendre les choses que ceux qui sont à la fin du leur ont apprises au gré du parcours. Conscients de ces richesses, comment ne deviendraient-ils pas rêveurs ? Comment ne penseraient-ils pas qu’ils ne peuvent que réussir puisqu’ils ont tout ça ? Comment ne s’enfleraient-ils pas d’orgueil ?
Mais c’est dommageable de s’arrêter là, parce que, si on donne tous les meilleurs ingrédients d’un risotto à dix personnes, cela ne suffirait pas pour que tous les dix fassent un risotto exquis. Car, au-delà de disposer des ingrédients, il faudrait aussi qu’ils sachent comment les agencer, comment les doser, quand mettre quoi, quelle intensité de feu utiliser ou encore combien de temps appliquer à chaque étape de la cuisson. Pareillement, je suis porté à croire que l’illusion des jeunes n’est pas de croire qu’ils ont des atouts qui les prédestinent au succès, mais c’est de croire qu’il suffit de les avoir pour réussir. Obnubilés par les talents qu’ils se découvrent, ils pensent pouvoir se dispenser du long apprentissage qui leur est indispensable pour quitter du stade de potentialités au stade de réalisations concrètes. De cette illusion-là, beaucoup se réveillent lorsqu’il est trop tard, pris dans l’étau des contraintes d’âge, des contraintes financières, familiales ou sociales.

Ceci s’explique par le fait qu’on ne réussit pas seulement avec de grands rêves et des pensées positives, mais aussi et surtout, avec des plans réalistes, des actions efficaces, une certaine attitude face aux Hommes et à l’Argent, une persévérance acharnée dans l’effort et un engagement indéfectible à vaincre, ou à mourir en essayant. Ne vous y trompez pas, il peut y avoir des efforts sans succès, mais il n’y aura jamais de succès sans efforts. Alors si vous êtes jeunes, c’est que vous détenez les ingrédients du succès, à vous d’en faire ce que vous en déciderez à travers vos choix quotidiens. S’il est vrai que l’origine de naissance (la famille ou le pays) crée des distances d’avance sur la ligne de départ, il est aussi vrai que quel que soit d’où chacun de nous vient, nous avons tous des combats différents les uns des autres à mener pour arriver à la gloire ou pour nous y maintenir. Ce fait m’amène donc à considérer chaque jeune individuellement face à une histoire qu’il doit écrire : la sienne.

Pour ceux qui y croient, j’admets que le créateur connait toute notre histoire depuis notre conception, mais, la « Parabole des talents » du Christ et l’adage populaire « Aide-toi et le ciel t’aidera », m’amènent à croire que Dieu a donné à chacun des talents pour bâtir son avenir et s’est restreint au rôle de bénir les efforts de ceux qui en fourniront. Par ailleurs, parlant de talents donnés à chacun, j’aimerai m’attarder sur la citation d’Einstein qui dReve de grandeurit : « si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide». Ceci pour nous faire constater que chacun de nous, quoique apte à exercer dans beaucoup de domaines, est prédisposé à travers ses atouts naturels à exceller dans certains domaines en particulier. Si vous trouvez donc ce dans quoi vous êtes le mieux nantis et vous vous y investissez, vous y réussirez certainement mieux que tous les aventureux du domaine qui ont besoin de fournir des efforts pour accomplir ce que vous réalisez d’instinct. Alors, ne croyez plus seulement en votre capacité à accéder à la grandeur, faites en plus tout ce qui est nécessaire pour y accéder.

Bertin FOKOU